Chapuis story

Chapuis Armes,

l'orfèvre des fusils de chasse

 

 

À Saint-Bonnet-le-Château, dans la Loire, Chapuis Armes est l'un des derniers producteurs de fusils de chasse français.

Il concilie art et mécanique de haute précision. Visite des ateliers, alors qu'à l'extérieur, les chasseurs sont déjà à l'affût.

Perché sur un rocher à 850 mètres d'altitude, Saint-Bonnet-le-Château (Loire) est un bourg de 1 600 âmes.

L'été, les touristes aiment à se perdre dans ses pittoresques ruelles médiévales. Mais ce village, aussi appelé "La Perle du Forez", n'est pas seulement un décor de carte postale.

Il est aussi reconnu pour le savoir-faire mécanique de haute volée de la douzaine d'entreprises qui nichent dans sa zone industrielle, tel Obut, leader mondial de la fabrication de boules de pétanque, qui a vu le jour ici en 1955. Ou comme Chapuis Armes, l'un des derniers fabricants français de fusils de chasse encore en activité.

 

"La vieille tradition de la fabrication serrurière de la ville a laissé la place au XXe siècle à celle de l'armurerie, raconte Vincent Chapuis, président de l'entreprise créée par son grand-père dans les années 1930. Les principaux fabricants d'armes, dont les usines se trouvaient à Saint-Étienne, cherchaient des sous-traitants capables de fournir les composants mécaniques pour leurs produits."

2 000 pièces sur commande

L'ouverture de la chasse bat son plein et l'entreprise stéphanoise redouble d'activité. Études et développement, usinage, assemblage, ajustage final, contrôle, essais sur le stand de tir au sous-sol... De la conception à la fabrication des composants en bois et en métal, toutes les étapes sont maîrisées en interne.

Dans l'atelier, les graveurs et les ébénistes disputent leur savoir-faire à celui des usineurs. Artisan et industriel, Chapuis Armes emploie 45 salariés et réalise un chiffre d'affaires annuel de 4,5 millions d'euros, dont 25 % à l'exportation, notamment vers la Russie et les États-Unis.

 

CHAPUIS ARMES EN QUELQUES DATES

1935 - Jean-Louis Chapuis créé son atelier.

1951 - Fabrication du premier fusil Chapuis.

1980 - Les Établissements Chapuis rachètent la société Gaucher.

1983 - Dépôt de bilan de la société Chapuis-Gaucher.

1985 - René Chapuis crée une nouvelle société, Chapuis Armes, à Saint-Bonnet-le-Château, dans la Loire.

1990 - Chapuis Armes s'installe dans une nouvelle usine de 3 000 mètres carrés organisée autour des tunnels de tir de 50 et 100 mètres.

1998 - Création de la Manufacture d'armes de tir Chapuis, après le rachat de l'activité armes de poing et de tir de Manurhin, à Mulhouse.

 

Quelque 2 000 armes sont fabriquées sur commande pour les détaillants. "Nous avons appris, au fil des ans tous les métiers nécessaires à la fabrication des fusils de chasse, une combinaison délicate d'art et de mécanique de précision", souligne Vincent Chapuis.

Fusils à canon rayé (le premier prix est à 3 500 euros) pour le gros gibier, fusil à canon lisse (à partir de 2 500 euros) pour les animaux de petite taille... Chapuis Armes produit des fusils et des carabines pour tous les goûts et pour toutes les bourses.

Mais l'aspect artisanal de la PME du Forez ne l'empêche pas de mettre en oeuvre le meilleur des méthodes et des technologies industrielles.

Elle n'a pas vraiment le choix. "L'amélioration de la productivité et l'innovation sont nos armes pour affronter une concurrence, notamment italienne et allemande, très vive", souligne le PDG.

La conception est ainsi assurée par le bureau d'études grâce au logiciel SolidWorks, mis en place par Mhac Technologie. Une dizaine de machines fabriquent les composants mécaniques.

Le canon rayé, par exemple, est réalisé sur une machine hors normes capable de marteler à froid avec une pression de 700 tonnes. Même certaines pièces très spéciales sont désormais usinées. "Hier, explique Vincent Chapuis, seuls le marteau et le burin d'un maître armurier pouvaient sortir de la masse, après de longues heures de façonnage, la bascule ronde utilisée sur nos fusils haut de gamme."

Désormais c'est un centre d'usinage 5 axes simultanés et à grande vitesse, le Mikron HSM 600 U ProdMod, de GF AgieCharmilles, qui permet de réaliser cette pièce pour toute la gamme.

L'entreprise prépare depuis deux ans de nouveaux concepts d'armes. Plus compactes, plus légères, plus maniables... Ces innovations devraient permettre à Chapuis Armes de conquérir des marchés.

 

Par 

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. lhomme patrice 2018-02-24 18:36:52

Merci , c'est beau on se croirait dans " des racines et des ailes"!!!
Et pourquoi pas quelques photos pour illustrer le propos .
Continuez comme ça , un peu d'instruction ça fait toujours du bien .
Cordialement .

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-02-19 23:25:20